03.03.2015

1. Pensez-y avant même d'en avoir besoin

Evitez l'erreur traditionnelle des candidats en recherche d'emploi : celle d'ouvrir son carnet d'adresses sans réfléchir et de griller d'emblée ses meilleurs contacts en leur demandant sans détour un job… Tenir à jour votre carnet d'adresses signifie, à défaut d'avoir des contacts réguliers avec toutes les personnes, envoyer un mail de temps à autre ou une carte de vœux, ou encore avoir laissé une très bonne impression lors de la dernière rencontre.

2. Définissez votre projet professionnel et vos sociétés cibles

Consacrez le premier temps de votre recherche à la définition de votre projet professionnel et à la préparation de vos futurs entretiens réseau. À défaut, vous aurez un discours trop compliqué auprès des membres de votre réseau. Après avoir abordé votre formation et votre projet professionnel, indiquez le type d'entreprises qui vous intéresse (micro-sociétés, grandes entreprises, implantations). Expliquez ce que vous recherchez, donnez toujours des noms d'entreprises et des exemples, c'est plus marquant. Préparez bien vos questions. Pour cela, vous devez connaître les besoins de l'entreprise en fonction de votre projet. Plus vous en saurez sur la fonction de votre interlocuteur, plus vous pourrez lui poser des questions pertinentes.

La démarche réseau a pour objectif de vous faire rencontrer des personnes de vos sociétés-cibles dans un entretien en face à face. Vos interlocuteurs peuvent également vous permettre de rebondir sur des noms de sociétés-cibles auxquels vous n'aviez pas pensé ou vous ouvrir sur un autre secteur. Cette démarche vous sera utile pendant toute votre vie professionnelle. Elle relève ? de la pure hygiène professionnelle ? comme le soulignait un consultant.

3. Ayez un réseau relationnel de qualité 

Identifiez et contactez d'abord les membres de votre réseau primaire. Ce sont les gens qui vous connaissez bien et qui sont susceptibles de vous recevoir sur simple appel de votre part. Normalement, les personnes de votre réseau primaire ont plein d'idées pour vous refiler de bons tuyaux ou vous aider à rebondir.

L'objectif est ainsi d'arriver assez rapidement à établir votre réseau secondaire. C'est-à-dire les personnes que vous ne connaissez pas, celles que vous irez voir ? de la part de… ?. Plus proches de vos entreprises-cibles ou du secteur convoité, elles vous permettront d'affiner votre projet, voire de vous lancer sur des pistes sérieuses. Votre réseau se développera alors très vite jusqu'à arriver vous mener à la dernière étape : non plus la collecte d'informations, mais la proposition à une entreprise. Vous serez alors face au directeur des ressources humaines, au chef de la fonction souhaitée ou à un décisionnaire.

4. Exploitez les réseaux de votre école

Les grandes écoles disposent généralement d'associations de diplômés, avec des services tels que l'annuaire des anciens et des offres d'emploi réservés aux adhérents. Si vous résidez dans une autre région voire un autre pays que votre école, sachez que vous pouvez bénéficier de réseaux régionaux et internationaux. Si vous vous inscrivez dans l'équipe de rugby de votre école avant tout pour y faire du sport, rien ne vous interdit de vous échanger des contacts professionnels pendant la troisième mi-temps. Ne vous grillez pas en déboulant dans votre club en demandant sans ambages du travail. Ce n'est pas parce que vous appartenez à une même communauté que vous avez tous les droits. Si vous contactez un ancien de votre école qui est en poste dans une de vos entreprises-cibles par exemple, expliquez-lui simplement que vous avez comme projet de travailler dans le même secteur et que vous voudriez en discuter plus amplement avec lui.

5. Menez vos entretiens de réseau avec brio

Evitez d'être trop décontracté sous prétexte que vous avez été introduit par quelqu'un. Si vous ne convenez pas au poste, on ne vous prendra pas. C'est d'ailleurs là la différence entre le réseau et le piston. Il est donc primordial de véhiculer une image professionnelle positive. C'est à cette condition que votre interlocuteur aura envie de vous ouvrir son carnet d'adresses.

Un entretien de réseau réussi consiste à repartir avec ce pour quoi vous êtes venu : des informations et, si possible, trois prochains contacts. Aux dires des puristes du sujet, cet entretien ne se fait : ni au café, ni au restaurant, ni au cours d'une réunion de famille, mais uniquement dans le bureau de la personne contactée pour donner le ton professionnel adéquat. Il dure de 45 à 60 minutes. Et l'on est prié de ne pas apporter son CV au risque de se priver des avantages du réseau et d'entrer dans une démarche de recrutement par candidature spontanée.

Quel que soit le cadre de votre entrevue, vous devrez bien donner l'objet de votre rendez-vous, puis sortir votre discours très clair, préalablement rôdé. Soyez rassurant : ne dîtes pas que vous sollicitez la personne pour un poste sinon elle va être sur la défensive ! Ne monopolisez pas la parole et suivez bien votre fil conducteur. Vos questions aideront votre interlocuteur à apporter des réponses. N'hésitez pas non plus à lui demander si vous pouvez appeler telle personne de sa part et à lui suggérer de le contacter au préalable pour vous introduire. …

Lorsque vous contactez une personne de votre réseau secondaire, expliquez que vous êtes à la recherche d'informations et que Monsieur Untel vous a dit qu'il pourrait vous aider. Vous aurez en général seulement 20 % de refus. Il est toujours valorisant pour une personne de s'entendre demander des conseils.

Une consultante d'un cabinet d'outplacement s'étonnait un jour qu'une directrice, ayant un carnet d'adresses très fourni, n'en ait jamais fait profiter les nombreuses personnes qu'elle avait reçues en entretien réseau. ? Parce qu'on ne me l'a tout simplement jamais demandé ?, expliqua-t-elle.

Il suffit parfois de demander clairement les choses. Et d'être prêt un jour à être sollicité par votre réseau. Le réseau, c'est donnant-donnant.

www.rhadvisor.com/blog/avez-vous-lesprit-reseau-.html

Actualité

  • 03 août 2017

    par Justine Babin, Les EchosLire la suite

  • 24 novembre 2016

    On entend bien souvent les managers se plaindre de voir leurs meilleurs employés partir, et ils ont de quoi être mécontents au vu du coût et des...Lire la suite

Toutes les actualités